05 octobre 2006

PS: une quarantaine de membres de NPS derrière Ségolène Royal

Une quarantaine de membres du courant NPS du Parti socialiste se sont engagés lundi derrière la candidature de Ségolène Royal, estimant que le mouvement de popularité dont elle bénéficie n'est pas "artificiel" et qu'elle est la seule "capable d'incarner le renouveau politique". Utilisant le slogan des Jeunes socialistes à l'université d'été du PS à La Rochelle, repris par le premier secrétaire François Hollande, les signataires de l'appel en faveur de Mme Royal évoquent le "devoir de victoire pour 2007".Critiquant "l'expression des rivalités personnelles qui domine le fonctionnement du Parti socialiste" et "le jeu mortel des petites phrases assassines", ils estiment qu'il faut ramener le débat à la "hauteur nécessaire" des enjeux de société. "Refuser de s'engager, c'est alimenter la confusion.L'heure est venue de prendre position", affirment les signataires. Pour eux, "le mouvement de popularité dont bénéficie Ségolène Royal n'est pas conjoncturel, artificiel", même si les sondages "se sont souvent trompés dans le passé en de telles circonstances".Elle est "la seule candidate socialiste à la présidentielle capable d'incarner le renouveau politique que les Français appellent impatiemment de leurs voeux", affirment-ils encore. Ils estiment que "le renouvellement des pratiques comme des dirigeants politiques est une des clés du scrutin de 2007" et que "ce serait une faute lourde, incompréhensible et impardonnable pour nos concitoyens que de chercher à empêcher Ségolène Royal de conduire notre combat commun en 2007".Parmi les signataires, plusieurs députés -Pascal Terrasse (Ardèche), Jacques Bascou (Aude), Michel Françaix (Oise), Geneviève Gaillard (Deux-Sèvres), Jean Gaubert (Cotes d'Armor)-, des sénateurs -Jean-Pierre Masseret, également président du conseil régional de Lorraine, David Assouline-, une députée européenne (Béatrice Patrie), des premiers secrétaires fédéraux (Aisne, Aquitaine, Lot-et-Garonne, Aude, Ardèche), des conseillers généraux et des conseillers régionaux.

2 commentaires:

jpb a dit…

http://www.csa-tmo.fr/dataset/data2006/opi20061004c.htm

DSK n’a pas encore envahis l’imaginaire des gens.

D’abord parce qu’il n’est pas encore le candidat du PS, ce qui lui fera gagner 10 points d’un seul coup, et que lorsque les Français l’imagineront à la place de Pompidou avec ses sourcils noirs, il cartonnera. Il y a toujours une part de fantasmé dans le choix le plus rationnel.


Pour l’ensemble des Français. quelle personnalité préféreriez-vous voir élue président de la République…?

39 - Nicolas Sarkozy
49 - Ségolène Royal
12 - Ne se prononcent pas

44 - Nicolas Sarkozy
40 - Dominique Strauss-Kahn
16 - Ne se prononcent pas

Si l’on considère le battage médiatique forcené de Ségolène, on peut constater qu’en gros DSK a comblé son retard. Mais il n’a pas encore donné toute sa puissance, il en a encore sous le pied, et le turbo n’est pas enclenché. Après viendra la nitro et les boosters...

Ségolène est en perte de vitesse, les Français ont dézingué le lien pubicitaire entre la baby doll et la fonction présidentielle. C’est le type costaud qu’on veut. Celui qui pourra convaincre les autres chefs de gouvernement tout autour du monde, pas la starlette balançant mollement sa main avant de monter dans l’avion. La frime ça ne dure qu’un temps.

Otchoz a dit…

http://www.stopponslamachineaperdre.net
La pétition à signer et à diffuser pour enclencher la machine à gagner, de toute urgence ! Il faut faire barrage à Sarkozy avec le plus de force et de rassemblement possible !